dimanche 8 décembre 2019

Saint-Walfroy (4)


Saint-Walfroy (3)


Saint-Walfroy (2)


Au-dessus de Saint-Walfroy, le ciel était comme pommelé.

Saint-Walfroy (1)


Un après-midi d'automne, il y a quelques semaines, j'ai marché vers l'ermitage Saint-Walfroy, pas très loin d'Avioth. Des bancs de brume traînaient dans les vallées, les collines émergeaient de ces nappes de coton gris-blanc. Cela rappelait un peu les peintures chinoises et japonaises.

mercredi 4 décembre 2019

Lépiotes (2)


Lépiotes (1)


A Avioth, des connaisseurs étaient allés à la cueillette des champignons, près de l'abbaye d'Orval. Ils ont ramené des lépiotes déguenillées qui, en fricassée, se révélèrent excellentes.

Vallée de la Lomme (58)


C'est la quatrième fois que je parcourais la vallée de la Lomme. Cette fois-ci, je l'ai fait du nord au sud, ce qui m'a permis de faire une halte réparatrice à Poix-Saint-Hubert, dans le bar calme et confortable de l'hôtel "Le Val de Poix", qui propose plusieurs bières artisanales ardennaises. L'ambiance me rappelait un peu certains tableaux d'Edward Hopper. 

De là, peu de temps après, un train m'a ramené à la gare de Rochefort-Jemelle, puis à Bruxelles. Et c'est la fin de cette série.

Pour voir une petite vidéo (que j'ai faite) de la vallée de la Lomme, c'est ici.

mardi 3 décembre 2019

Vallée de la Lomme (57)


Et finalement, j'arrive à la halte ferroviaire de Poix-Saint-Hubert. Une peinture sur le côté évoque l'émission "Tout ça ne nous rendra pas le Congo", dont le logo est inspiré d'une oeuvre de Félicien Rops.

lundi 2 décembre 2019

dimanche 1 décembre 2019

Vallée de la Lomme (54)


Au 1/2000ème de seconde, l'eau est figée, on compterait presque les gouttes.

Vallée de la Lomme (53)


Au 1/15ème de seconde, la structure des flux est déjà plus lisible, plus naturelle. Cette image a ma préférence.

samedi 30 novembre 2019

Vallée de la Lomme (52)


Une petite expérience, pour montrer l'aspect très différent d'une chute d'eau selon la vitesse d'obturation utilisée : ici, 1/8ème de seconde. L'eau est fluide, semble même comme un voile onctueux.

Vallée de la Lomme (51)


jeudi 28 novembre 2019

Vallée de la Lomme (48)


C'était la fin octobre, et le soleil a assez rapidement disparu derrière la ligne de faîte des collines.

Vallée de la Lomme (47)


Le "Rocher de Marie de Gobaille". 

"On parle de Marie Gobaille, mi-sorcière, mi-cheval, elle fut condamnée à être brûlée comme toutes les sorcières en période d'inquisition. La sorcière se retirait souvent sur cette éminence, à proximité des eaux noires. Elle se transforma en cheval et prit un malin plaisir à semer la terreur parmi les habitants de Smuid et de Mirwart. Un soir le mayeur (maire) d'Arville décida d'organiser une expédition avec les habitants de Mirwart armés de bâtons et les habitants de Smuid avec leurs loups en laisse. Ils trouvèrent Marie Gobaille en ce lieu de forêt, ils la pourchassèrent et pour en être définitivement débarrassés, ils lui tranchèrent la tête avec une faux. Victorieux, ils promenèrent la tête sur un pieu à travers le village de Mirwart. Depuis les habitants de Mirwart se nomment des tiès di chfaut ( tête de cheval ) et les habitants de Smuid les leus ( les loups )." Source : Visorando.

samedi 23 novembre 2019

Vallée de la Lomme (37)


Le château de Mirwart, longtemps abandonné et en piteux état, est actuellement en pleine restauration.

Vallée de la Lomme (36)


Dans le village de Mirwart, un beau sumac, dont les feuilles, en automne, sont splendides.

Vallée de la Lomme (35)


On arrive dans le village de Mirwart. Cette perspective m'a paru intéressante, avec le contre-jour, le mobilier urbain (poteaux, bacs de béton) et le marquage au sol.

jeudi 21 novembre 2019

Vallée de la Lomme (31)


Vallée de la Lomme (30)


Vallée de la Lomme (29)


Le plaisir de photographier dans la nature, c'est ça : au détour d'un chemin, avoir le regard en éveil et voir des petits trésors, comme cette bûche couverte de mousse et cette belle fougère, qui se détachent sur un fond de feuilles mortes. La lumière, les couleurs, les textures. 

Savourer l'instant présent aussi, voir avec les yeux, mais pour le plaisir du futur, capter l'image, la retravailler ensuite, pour qu'elle corresponde à ce qu'on a vu. Pouvoir revoir cette image encore et encore, et puis la partager.